Zones humides

L’article L 211-1 du code de l’environnement définit les critères d’une « gestion équilibrée de la ressource en eau » et stipule que « la préservation des écosystèmes aquatiques, des sites et des zones humides » est une condition indispensable de cette gestion équilibrée.

Définition

La définition des zones humides est fournie par l’article L211-1 du code de l’environnement. Il s’agit de « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année ». (Art. L.211-1).

Valeurs, fonctions et services des zones humides

Par leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologique, les zones humides assurent de nombreuses fonctions hydrologiques, biologiques qui coïncident avec des besoins de mise en sécurité de l’homme et de la biodiversité (zones tampon entre les eaux souterraines et les eaux de surface, zones d’épanchement des crues, habitats d’espèces à valeurs économiques pour l’homme, ressource énergétique et grenier alimentaire en période de sécheresse) justifiant alors la mise en place de mesures de protection et de gestion pour préserver toutes ces potentialités à l’origine de nombreux services rendus à la collectivité…

- Contribution à la qualité des eaux 
Les zones humides contribuent à l’amélioration de la qualité de l’eau en agissant comme filtre épurateur. Elles favorisent le piégeage, la neutralisation, voire la transformation et l’absorption d’éléments comme les matières en suspension, les nitrates ou certains toxiques ou encore certains métaux lourds, grâce aux espèces végétales et animales qu'elles abritent.

- Contribution à la régulation de la ressource en eau 
Certaines zones humides possèdent par ailleurs une capacité à stocker de l’eau et à la restituer ensuite, plus progressivement. 
Ces milieux jouent donc un rôle majeur dans l’écrêtement des crues mais peuvent aussi contribuer au soutien d’étiage des cours d’eau dans certaines conditions. 
Elles sont d’ailleurs souvent comparées à des éponges.

- Fonction d’habitat et de réservoir de biodiversité 
De nombreuses espèces végétales et animales sont inféodées aux zones humides qui abritent plus de 30 % des plantes remarquables et menacées en France, de nombreux oiseaux migrateurs, batraciens, insectes etc. 
Elles assurent à la fois des fonctions d’alimentation, de reproduction, d’abri et de protection pour de nombreux poissons ou oiseaux d’eau. 
Par exemple, les milieux annexes des cours d'eau jouent le rôle d’abri pour de nombreuses espèces piscicoles lors des crues ou des pollutions accidentelles.

- Pour des usages 
Enfin, en plus des fonctions évoquées ci-dessus dont l’homme bénéficie, elles sont le support de nombreuses activités humaines économiques (production de poissons, de sel, ...) mais aussi récréatives (chasse, pêche...) ou de loisirs.

Pour en savoir plus : http://www.zones-humides.org/

Les zones humides de Corse

Les zones humides des bassins hydrographiques de Corse englobent une grande diversité de milieux : des pozzines aux lagunes littorales en passant par les forêts-galeries de bords de cours d’eau, les tourbières de Moltifao, les petits estuaires des fleuves de Corse et les mares temporaires méditerranéennes, ...

Certaines zones humides sont reconnues d’importance majeure au niveau national voire international comme les étangs de BigugliaUrbino et Palo, les mares temporaires des Tre Padule de Suartone ou la tourbière de Moltifao, tandis que de nombreuses autres zones humides, de taille plus modeste, présentent un intérêt patrimonial limité mais assurent des fonctions essentielles à l’échelon de leur bassin versant.

A l’échelle du bassin de Corse, un observatoire des zones humides est en cours de construction. Il a vocation, notamment, à intégrer l’ensemble des inventaires et cartographies disponibles.

Dans l’attente, l’inventaire des zones humides de Corse et celui des mares temporaires, ainsi que les cartographies réalisées sur les bassins versants du Liamone, du Bevinco et prochainement de l’Acqua Tignese et du territoire du SAGE « Gravona, Prunelli, golfes d’Ajaccio et de Lava » sont disponibles auprès de l’OEC ou de la DREAL de Corse.

Pour en savoir plus, des documents à télécharger

Vignette

Ce livret argumentaire en faveur de la préservation et la restauration des zones humides, élaboré par le comité de bassin Rhône-Méditerranée, invite les décideurs et acteurs des territoires à s’emparer des bénéfices que peuvent apporter les zones humides sur leur territoire pour mieux les prendre en compte dans leurs projets.

Redonner un fonctionnement naturel aux zones humides altérées par certains aménagements et activités humaines est en effet un des moyens reconnus et efficaces pour retrouver le bon état écologique des eaux. Le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) 2016-2021 en vigueur et le projet de SDAGE en cours de révision pour 2022-2027 invitent à agir concrètement en ce sens. Au-delà de leur contribution au bon état des eaux, les zones humides  sont des infrastructures naturelles indispensables au bon équilibre de nos territoires, tant sur le plan environnemental que socio-économique. Elles offrent de multiples bénéfices : atténuer les effets du changement climatique, se protéger contre les  crues, favoriser la biodiversité, améliorer la qualité de l’eau, contribuer au développement économique, au lien social et à la qualité du cadre de vie des territoires concernés ... Ce livret, pédagogique, présente pour chacun de ces domaines des résultats issus de retours d’expérience et des témoignages sur des cas concrets.  Il aborde les grands principes de la préservation et de la restauration des zones humides et précise les contacts et les documents ressources sur lesquels s’appuyer.

Vignette

Élaboré par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, avec l’appui du Conseil scientifique du Comité de bassin, ce bilan des connaissance sur les fonction des zones humides rassemble les principales connaissances scientifiques sur les fonctions hydrologique, biogéochimique et biologique des zones humides. Connaître ces fonctions et comprendre leurs interactions permet de mieux les protéger pour tirer tous les bénéfices des services offerts par ces milieux.  Le rapport  est illustré par des retours d’expérience de restauration  étudiés dans les bassins Rhône-Méditerranée et de Corse,  mais aussi dans d’autres bassins en France et à l’étranger. Il met à disposition des services techniques des structures de gestion des milieux aquatiques, de l’Etat et de ses établissements publics les connaissances les plus actuelles sur ces fonctions dont la restauration ou la protection sont indispensables pour définir les conditions d’aménagement du territoire durables et compatibles avec l’atteinte des objectifs de bon état des eaux, de partage équilibré de la ressource en eau et de préservation de la biodiversité. Son contenu volontairement scientifique et technique est valorisé par  un livret-argumentaire en faveur des zones humides, destinés aux élus et décideurs.

Publié le 04/06/2021